Conduite avec des tongs = un hoax

de | août 5, 2015

Une bien étrange histoire circule sur d’internet relayée par des stagiaires ou des connaissances depuis le 1er juillet 2015. La « mésaventure » de cette conductrice toulousaine sanctionnée d’une amende de 90 € pour avoir conduit avec des tongs (1). A mon avis un gros HOAX.

Premièrement, cette histoire n’est pas récente. Elle date, semble-t-il, de 3 ans, puisque dans l’article de La Dépêche du Midi cité en référence (2), c’est ce qui est indiqué à la 3ème ligne. Ce qui met à mal une quelconque référence à des modifications du code de la route de juillet 2015 !

Ensuite, les conséquences de l’histoire sont difficiles à croire. Les infractions de 90 € (soit de 4ème classe) si elles sont indiquées sur le PV (et à l’époque il n’y avait pas de PV électronique), ne peuvent pas être transformées en 3ème classe à 45 € comme cela, uniquement en allant payer. Surtout en allant payer où ?

Enfin, il n’a jamais existé d’infraction de 3ème classe qui faisait perdre 3 points (même en 2012 date de référence de l’histoire). La seule infraction de 3ème classe qui existe dans le code de la route et qui fait perdre des points est l’excès de vitesse inférieure à 20 km/h hors agglomération et elle fait perdre 1 point.

Mais le pire dans l’histoire, c’est la vérification faite par les journalistes. Et d’aller chercher l’article R 412.6 du code de la route (3). Cet article de portée générale, si effectivement on pourrait l’utiliser dans la conduite avec des chaussures inadéquates, ne sanctionne que d’une amende de 22 € et ne retire jamais de point au conducteur.

Je me demande qui a envie de croire à cette histoire !!!


 

(1) Exemples d’articles sur le net : Le Figaro (ici)  ; Metronews (ici) ; La Charente Libre (ici); rtl (ici) ;

(2) http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/11/2142218-pv-90-euros-avoir-conduit-voiture-tongs.html

(3) Article R412-6 du Code de la route : [ … ] II.-Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres.

III.-Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du II ci-dessus est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

IV.-En cas d’infraction aux dispositions du II ci-dessus, l’immobilisation du véhicule peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *