Le franchissement des giratoires

de | septembre 30, 2016

C’est une question récurrente dès qu’on parle de la circulation routière. Existe-t-il un façon de franchir les ronds-points ?

Et la réponse est très simple : il n’en existe pas.

Petit rappel

Premièrement il convient de différencier les ronds-points des giratoires.

Et là difficulté, on trouve une définition du giratoire dans le code de la route (1) mais pas du rond-point. Historiquement c’est pourtant le terme rond-point qui apparait au 17ème siècle pour désigner, dans le langage des jardiniers, le point de rencontre de plusieurs allées rayonnantes. Le terme giratoire peut être attribué à l’urbaniste Eugène Hénard qui parlait de « carrefour à giration » et qui dans ses travaux indiquait : «Vous êtes gênés par les points de conflits. Occupez les par des obstacles et les voitures n’y passeront pas.». Pourtant c’est le terme rond-point qui va subsister, le giratoire ne réapparaissant qu’en 1983 avec le Décret n°83-797 du 6 septembre 1983 qui modifie l’article R.1 du code de la route de l’époque.

panneau-sens-giratoire-alu-a25pc-300x300france_road_sign_ab3a-svgb21-1De fait la confusion existe entre les deux. Pourtant, la définition permet de les différentier. Pour que ce soit un giratoire, il faut une signalisation spécifique à l’entrée de l’intersection. En l’occurrence le panneau AB 25 comme présignalisation, ensuite le panneau AB3a comme signalisation à l’entrée. Elle peut être complétée par le panneau B21-1 sur le terre-plein central.
Les autres intersections sont donc des ronds-points.

Un autre élément peut valider cette différence : le giratoire est obligatoirement avec un régime de priorité obligeant le conducteur qui arrive sur l’intersection de céder le passage au véhicule circulant sur l’anneau. Toutes les autres situations, obligation de céder le passage aux véhicules qui rentrent, feux tricolores, sont des ronds-points.

Deuxièmement il faut voir ce que dit le code de la route sur le franchissement de ces intersections.

De fait il ne dit rien (2). Le conducteur peut, mais ce n’est pas obligatoire, se porter sur la gauche de la chaussée pour prendre les sorties identifiées à gauche au moment de son entrée.

Je peux donc, par défaut, rester sur la droite de la chaussée pour aller à gauche. C’est d’autant plus vrai que c’est ce qui est préconisé par tous les formateurs pour les personnes qui ne savent pas où elles vont, les deux roues non motorisées et les poids-lourds. C’est encore plus vrai par rapport au code des assurance qui suit le code de la route, et qui rend responsable de l’accident celui qui change de voie par rapport à celui qui reste à droite.

Que faire alors ?

La vocation du giratoire est double, réduire l’accidentologie et fluidifier la circulation. On s’aperçoit, et c’est souvent la réflexion des conducteurs, que parce que c’est l’anarchie et que personne ne sait les franchir, tout le monde fait attention. Et c’est bien l’objectif. C’est parce que tout le monde est vigilant que l’on constate une diminution des accidents corporels et mortels.

 

Attention ! Je ne dis pas que ce qui est prescrit pas les auto-écoles, ou autres institutions, est faux. Et d’ailleurs ces préconisations sont tout à fait utiles et intéressantes pour diminuer le risque et fluidifier cette circulation (3). Mais elles ont une tendance néfaste, faire croire à celui qui les suit que les autres sont des mauvais conducteurs et donc des dangers. Et ça c’est problématique ! Alors que ce qui diminue le danger, c’est la vigilance des conducteurs, et quand je perçois un danger (arrivée sur un giratoire), je fais attention.


1 – Article R110-2 :carrefour à sens giratoire : place ou carrefour comportant un terre-plein central matériellement infranchissable, ceinturé par une chaussée mise à sens unique par la droite sur laquelle débouchent différentes routes et annoncé par une signalisation spécifique. Toutefois, , les carrefours à sens giratoire peuvent comporter un terre-plein central matériellement franchissable, qui peut être chevauché par les conducteurs lorsque l’encombrement de leur véhicule rend cette manœuvre indispensable ;

2 – Article R412-9 du code de la route : En marche normale, tout conducteur doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée, autant que le lui permet l’état ou le profil de celle-ci. Toutefois, un conducteur qui pénètre sur un carrefour à sens giratoire comportant plusieurs voies de circulation en vue d’emprunter une sortie située sur sa gauche par rapport à son axe d’entrée peut serrer à gauche. Chaque manœuvre de changement de voie à l’intérieur du carrefour à sens giratoire reste soumise aux règles de la priorité et doit être signalée aux autres conducteurs.

3 – Il existe uniquement ces règles applicables à toutes situations de conduite :

Article R412-10 : Tout conducteur qui s’apprête à apporter un changement dans la direction de son véhicule ou à en ralentir l’allure doit avertir de son intention les autres usagers, notamment lorsqu’il va se porter à gauche, traverser la chaussée, ou lorsque, après un arrêt ou stationnement, il veut reprendre sa place dans le courant de la circulation.

Article R415-3 : I. – Tout conducteur s’apprêtant à quitter une route sur sa droite doit serrer le bord droit de la chaussée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *